Économie

mapa-polski Le principal problème de l’Etat indépendant était la résolution des problèmes économiques: l’hyperinflation faisait rage dans le pays (plus de 600% en 1990), une énorme dette extérieure ne permettait pas d’investir. La situation a été aggravée par des facteurs tels que le chômage caché, une industrie obsolète et inefficace et l’agriculture arriérée. La décapitalisation économique progressive, le manque de crédit externe et la paralysie des institutions de l’Etat ont conduit au déficit budgétaire atteignant 12% du PIB. L’endettement extérieur à la fin de l’année a dépassé 40 milliards de dollars.

L’introduction d’une libéralisation complète du marché alimentaire, privées de sécurité financière, a conduit à l’hyperinflation galopante. Son taux, à la fin de 1989, a atteint 340 %,  avec le taux moyen pour les cinq derniers mois de 1000% !!! Prix ​,​pendant l’année, ont augmenté de 640% – avec un taux d’intérêt réel négatif. Pologne a décidé d’introduire le, soi-disant, plan Balcerowicz, dont l’auteur était le ministre des Finances de l’époque, qui supposait la libéralisation des prix intérieurs, la croissance des importations, le renforcement des contrôles des salaires et de la politique financière par rapport aux entreprises, l’introduction d’un taux d’intérêt supérieur à l’inflation, la stabilisation du dollar et la possibilité de léchanger. Par conséquent, l’économie polonaise s’est stabilisée et s’est ouverte au monde. On a réformé le système bancaire et la politique monétaire et celle de crédit.

On a créé en Pologne le marché de capitaux et le marché du travail. Ce qui avait une importance énorme parmi les réformes systémiques, c’étaient les transformations de propriété entamées, l’indépendance des entreprises et la stimulation la concurrence interne. La politique de la privatisation du budget de l’Etat, l’introduction des principes du libre marché et la réduction radicale du déficit budgétaire, ont commencé à porter leurs fruits. En 1992, l’inflation est tombée jusqu’à 43%, et dans les années suivantes elle a atteint la valeur d’un seul chiffre (à la fin de 2001, elle est tombé en dessous de 4%). Les succès économiques des gouvernements suivant ont amené les créanciers à réduire l’endettement polonais de 50%, et les entreprises occidentales – à investir en Pologne.

En 1991, la Bourse de Varsovie a commencé à fonctionner. La capitalisation boursière des sociétés su la Bourse de Varsovie est maintenant plus grand que toutes les autres Bourses en Europe centrale prises toutes ensembles, y compris la bourse de Vienne. Des efforts soutenus de tous les gouvernements polonais suivant ont fait que, dans une période de temps relativement courte, l’économie polonaise est devenue l’une des plus dynamiques en Europe. Warstwa-7Warstwa-6

La Pologne est aussi le champion de la transformation parmi les pays de l’ancien bloc de l’Est et le leader de la croissance économique dans l’Union européenne, aussi bien avant la crise de 2008-2012, que lors de sa durée  !!!

PIB 1989 – 2012

La croissance totale du PIB pour la période 1989-2012 (en prix constants) en Pologne s’élève à 121%. C’est un résultat très haut par rapport à tous les pays post-communistes d’Europe centrale et orientale. La deuxième place occupe la Slovaquie, où le PIB a augmenté de 71%. Troisième place est à l’Estonie avec une augmentation de 47%, ensuite la République tchèque avec la croissance de 41% et enfin l’Hongrie – 29 %. Ce cours rapide de la Pologne à la prospérité des pays d’Europe occidentale, a, bien sûr, contribué à une importante diminution de la distance, qui, en 1989 a eu lieu entre les pays beaucoup plus riches : la République tchèque, la Hongrie et la Slovaquie. En 2012, la Pologne a dépassé l’Hongrie bien qu’en 1989 elle fût un pays de plus de 50% plus faible quant au revenu par habitant. En 1989, la Pologne était à un niveau de développement comparable à celui de l’Ukraine, tandis que maintenant, il est l’État 4 x plus riche.

PIB 2008-2012

L’économie de l’Union européenne en 2009-2012 a diminué de 1,5% (économie tchèque de 0,6% et de l’Hongrie de 5,2%) L’économie de l’Estonie, après un grand effondrement en 2009, a repris sa croissance et est resté au niveau constant. L’économie polonaise, au cours de cette période, a augmenté de 12,4% PIB par habitant en 2012, 1989 = 100, PPP Warstwa-8 Dans les années 1995-2012, l’économie polonaise dans la dynamique du développement a battu tous les «tigres» asiatiques, les pays du BRICS (Russie, Brésil, Afrique du Sud) et les principales économies des marchés émergents (Mexique, Malaisie, Chili et Turquie). PIB polonais par habitant, en tenant compte du pouvoir d’achat, a triplé passant de 7,300 $ en 1995 à  21 000 $ en 2012. Avec une telle augmentation, récemment, la Banque mondiale et l’OCDE a changé la classification de la Pologne du pays à revenu intermédiaire à un pays à revenu élevé, se classant parmi les économies les plus développées du monde.

Polonais vivent de mieux en mieux

Dans le même temps, les Polonais ont réussi aussi à améliorer la qualité de vie et de la satisfaction, entre autres, grâce à l’ouverture des frontières, la hausse des revenus et de l’Internet, qui a permis au public de participer à l’évolution technologique, à la culture et à la science mondiale. Qualité de vie, reflétée par exemple dans le classement « Better Life Index » de l’OCDE, sur la base de la mesure de la qualité de l’environnement, du taux de criminalité, de la qualité de l’éducation et de la santé, est encore plus élevée que cela indique le niveau de revenu: parmi les 34 pays de l’OCDE, la Pologne est à la 24 place de satisfaction dans la vie. 

XXIe siècle – l’âge d’or du développement polonais

Les prévisions à long terme de la Commission européenne, l’OCDE, PWC et Goldman Sachs suggèrent qu’au moins pendant environ 20 ans, la Pologne va croître plus vite que l’Occident. Ainsi, en 2030 le revenu par habitant atteindra le niveau de 85-95% du revenu dans l’UE-15. Jusqu’en 2030, le PIB polonais, en prenant en considération la parité de pouvoir d’achat, va augmenter de 813 milliards de dollars à 1.415 milliards de dollars. Le rapport de PWC, publié depuis 2006, c’est pour la première fois qu’il a pris en considération la Pologne qui, comme un pays principal de l’Union européenne dans la région de l’Europe centrale et orientale, elle s’est trouvée sur ​​la liste des 20 économies les plus puissantes dans le monde, occupant la dix-huitième position. En 2011, le PIB polonais, en tenant compte de la parité de pouvoir d’achat, dépasse le produit intérieur brut de l’Argentine et de l’Arabie Saoudite. Selon l’analyse par PWC, le pays va continuer à croître et le PIB polonais en 2030 à parité de pouvoir d’achat atteindra le niveau du produit intérieur brut d’aujourd’hui de telles grandes économies comme la Corée du Sud et au Canada. Au début du processus de réforme, en 1990, le PIB polonais par habitant, selon les taux de change du marché, ne représentait que 8% de l’allemand, et àparité pouvoir d’achat – 32%. Des taux actuels comparant la Pologne et l’Allemagne sont, respectivement, de 30% et de 54%%. madeinpoland

La somme immense de 152,8 milliards a été payée, en 2013, par les consommateurs étrangers pour les produits polonais. Par rapport à 2012, des ventes à l’étranger ont augmenté de 6,5% au total, et la vente des produits alimentaires et agricoles, jusqu’à 11,5%

En 1989, quand l’économie communiste était en déclin, les exportations polonaises sur les marchés mondiaux s’élèvaient à moins de 9 milliards de dollars, à quoi s’ajoutaient les revenus d’exportation vers les pays communistes d’une valeur de 4 à 5 milliards de dollars à peu près. Au total, cela n’était que 14 milliards de dollars, et en plus, dans les deux prochaines années, la majorité des exportations vers les pays communistes ont disparu. La première décennie de transformation n’était pas facile. Grâce aux efforts intenses, on a réussi à doubler les exportations à 32 milliards de dollars en 2000, mais auite à une croissance des importations beaucoup plus rapide. Comme la Pologne importait plus de la moitié qu’elle exportait, le déficit commercial s’est élevé à 17 milliards de dollars – ce qui représentait plus de 10% du PIB national et menaçait l’effondrement de la monnaie polonaise. La crise de la balance des paiements a été mis sous contrôle, grâce à quoi, à la veille de l’adhésion dans l’UE en 2004, dans le déficit du commerce est tombé à 7% du PIB. Mais les exportations en 2003 n’étaient encore que de 54 milliards de dollars, ce qui, calculant par habitant, plaçait la Pologne toujours beaucoup plus loin par rapport aux autres pays de l’Europe. En 2013, la Pologne a vendu à l’étranger des biens d’une valeur de 203 milliards de dollars. Cela met la Pologne à la 26 place parmi les plus grands exportateurs dans le monde.

Les Etats-Unis et l’Allemagne exportent 8 fois plus que la Pologne, la France 3 fois plus, l’Espagne- plus de la moitié. En 1990, l’exportation des États-Unis a été 30 fois plsu grande et la France, 15 fois plus grande que celle de la Pologne. L’Autriche, qui exportait alors 4 fois plus que la Pologne, était loin avec des ventes de leurs produits sur les marchés étrangers, comme la plupart des pays européens. Il y a même 10 ans, l’exportation calculée par habitant de l’Allemagne, le leader mondial des exportations a été plus de six fois plus grande que celle de la Pologne. En 2013 – seulement trois fois plus grande. En Pologne, on note une croissance commercial systématiquement élevée avec les pays développés (en 2012 – 30 milliards de dollars, la plus remarquable avec le Royaume-Uni et l’Allemagne) La structure des exportations a changé aussi. En 1989, ce sont les matières premières et les produits semi-finis qui étaient cruciales (le plus grand succès d’exportation,  c’était le charbon).

Aujourd’hui, les exportations polonaises sont dominées par les produits manufacturés, et le plus grand exportateur est l’industrie automobile. Depuis 1989, la productivité du travail dans l’industrie polonaise a quintuplé, donc elle augmentait de 7% par an. L’industrie moderne polonaise a été créée surtout  grâce à l’activité des konzerns multinationales, construisant en Pologne leurs usines ou modernisant des établissements privatisés. La valeur totale des investissements directs en Pologne a dépassé 250 milliards de dollars. L’expansion sur les marchés étrangers a été également commencée par les sociétés avec un capital polonais (participation des petites et moyennes entreprises dans les exportations est similaire à l’Allemagne), pour lequel, le marché de presque 38 millions de consommateurs est devenu trop petit. Les usines polonaises produisent le plus en Europe ou sont à la pointe de la production:

  • Des téléviseurs et des appareils électroniques
  • Des machines à laver, des réfrigérateurs et des appareils ménagers
  • Des bus et des trams
  • Des sous-ensembles des voitures
  • Des menuiseries pour portes et fenêtres
  • Des yachts et hélicoptères

La Pologne est aussi un chef de file dans la production des produits alimentaires, la valeur des exportations est proche de 20 milliards de dollars par année. L’économie polonaise a des fondations extrêmement solides d’un développement permanent et durable. Le revenu national est élaboré par l’industrie en croissance rapide, ainsi que le secteur agricole et le tourisme, et les services des affaires, qui génèrent chacun individuellement des excédents et une croissance dynamique des ventes chaque année, ce qui signifie que le ralentissement dans l’un des segments de l’économie ne constitue pas un risque pour la croissance du PIB, même pendant la crise qui a frappé l’économie mondiale en 2008-2012. Un autre élément de sécurité de l’économie est près de 40 millions de consommateurs dans le marché intérieur ainsi qu’un système bancaire stable et sécuritaire mené par la Banque nationale de Pologne et ayant plus d’une centaine milliards de dollars de réserves de change.